martinjuneau.jpg
paaatsathgfsd.jpg

Martin Juneau ne se destinait aucunement à une carrière en restauration. C’est lorsqu’il déniche un boulot d'étudiant à la plonge dans un grand restaurant, alors qu’il ne sait pas encore cuisiner, qu’il découvre l'esprit d'une cuisine et qu’il attrape la piqûre de l’art culinaire. Sa formation ultérieure l’emmènera à travailler aux côtés de plusieurs chefs inspirants. C’est un Juneau grisonnant qui a été nommé par 60 de ses pairs au premier rang du Québec dans la catégorie « Étoile montante », tel que publié par le magazine Gastronomie. De plus, il a remporté les honneurs québécois et canadiens en février 2011 lors de la compétition « Gold Medal Plates » (le plus prestigieux concours culinaire au Canada) à Kelowna, ce qui en fait le « meilleur chef canadien de l’année ». Il a cuisiné en France, à Vancouver et au sein de plusieurs superbes restaurants montréalais.
Ses derniers postes notoires en cuisine sont Sous-chef au Club des Pins pendant une dizaine de mois, Sous-chef au Derrière les fagots pendant un an et demi et bien sûr Chef-propriétaire de la Montée de lait pendant sept ans, sans oublier chef au restaurant Newtown lors de la dernière année. Il ne rajeunit pas.

Le nom ‘Pastaga vins nature et restaurant’

Créé en 2011 par Louis-Philippe Breton et Martin Juneau, le Pastaga s’est imposé comme nom pour son nom mélodieux et les souvenirs de voyages dans le sud de la France des propriétaires. Dans le langage populaire, Pastaga est un nom donné par les gens du midi à des boissons (souvent alcoolisées) parfumées à l’anis et à la réglisse, de l’occitan provençal pastis. Pastaga vins nature et restaurant, deux noms indissociables, comme deux super-héros de bande dessinées. Le vin nature est le lien cohérent entre la salle et la démarche en cuisine, soit une mise en valeur du terroir par une approche créative et respectueuse de son environnement.

La cuisine

Le Pastaga aime offrir à sa clientèle un menu différent chaque jour. Nous créons des mets qui sortent des carcans traditionnels ; les petits plats, qu'on partage et qu'on multiplie, selon son appétit,  prennent la forme de tapas généreux, sortes d’hybrides entre l’entrée et le plat principal, et chaque bouchée porte en elle des saveurs à la fois originales et raffinées.  La cuisine est simple mais sophistiquée, inventive, éclectique et sans prétention. 

La carte des vins

À l’image du profil des restaurateurs, soit des jeunes (assez!) entrepreneurs, créatifs et libres penseurs, ayant de petits moyens, la carte a le même esprit que celui de la cuisine : accessible et toujours fraiche.

La carte de vins est particulièrement soignée et même spécialisée. On s'affiche en effet ouvertement en faveur des vins «nature», soit des vins non soufrés, non filtrés et produits par de petits vignerons selon une philosophie minimaliste plus que centenaire. La carte est pleine de beaux produits, à bon prix. Une carte qui rivalise celle des restaurants haut de gamme en ville.